Archives de catégorie : Photographie

Photographie et astrophotographie.

L’eclipse de Lune vue par André

Histoire du film :

J’arrive tardivement sur le terrain de Coray, début de prise de vues vers 03 h, le temps de saluer la foule, de mettre les appareils en place et de régler les temps de pose et de vitesse, la première photo exploitable est réalisée à 3 h 21.

Entre 4 h 07 et 4 h 10 le temps de prendre un bon petit café (merci Colette) la Lune sort du champ de l’appareil photo… perte d’une trentaine de photos !

A 4 h 16, un flou (non artistique) commence à apparaître sur les photos. Que faire ? Les prises de vues continuent et toutes les photos sont troubles.

Après près de 4 minutes de cogitation intensive la solution arrive : c’est le miroir de l’appareil photo qui engendre le « bougé ». Il faut absolument augmenter la vitesse et donc augmenter la sensibilité (point N°7). Ici encore perte d’une trentaine de photos.

En fin de compte sur un total de 1150 photos réalisées toutes les 10 secondes, il ne reste que 1052 photos exploitables.

Matériel :

  • Appareil photo EOS 600D, focale 5,6 ; distance focale 300 mm (téléobjectif)
  • Un ordinateur portable sur lequel un logiciel permet de régler et déclencher l’appareil photo.
  • Un pied photo.

Après élimination des photos de mauvaise qualité ou inexploitables, j’ai fait faire une cure d’amaigrissement aux photos. Un petit logiciel trouvé sur le net a réalisé le travail.
Ensuite pour réaliser le time lapse, Noël m’a donné la solution : le logiciel PIPP.
Tout en anglais certes mais en creusant un peu et avec l’aide (partielle) de Google traduction j’ai réussi à paramétrer l’engin.

Flash iridium

Bonjour à tous,

lundi soir, Nono et moi avons chacun de notre coté, décidé d’imortaliser un phénomène artificiel bien connu des astronomes amateurs : les flash iridiums ( “Iridium flare” en anglais ).
Les Iridiums sont des satelites de télécommunication, à l’origine au nombre de 77, chiffre qui correspond au numéro atomique de l’atome du même nom. [singlepic id=228 w=320 h=240 mode=web20 float=left]
Ceux-ci sont pourvus de deux antennes très réfléchissantes qui dans certaines conditions captent et renvoient furtivement la lumière du soleil alors que celui-ci est couché, le phénomène durant typiquement une quinzaine de seconde. La position de ces satellites est parfaitement connue et le flash est prévisible à la seconde près suivant notre position géographique sur terre.
D’une magnitude apparente de -7,1 , cet objet était plus de 10 fois plus brillant que Vénus! Même avec la lune à proximité, c’était visuellement très impressionnant. [singlepic id=226 w=320 h=240 mode=web20 float=right]
Voici donc deux versions d’un même phénomène, le flash de l’Iridium 18, à noter la présence discrète de la galaxie d’ Andromède (M31) en dessous à gauche du “flare”. (Cliquez sur les images pour les agrandir).

  • Auteur: Tofic
  • Lieu: La chapelle de la clarté à Combrit
  • Instruments: EOS400D, Objectif 18/50
  • Pose: 20s à f/3,5 ; 18mm
  • Auteur: Noël Gegou
  • Lieu: Plonéour
  • Instruments: EOS350D, Objectif 28/80
  • Pose: 38s à f/5,6 ; 28mm
  • Sites d’éphémérides de satellites, vous renseignez vos coordonnées et vous obtenez la liste des objets selectionnés (ISS, iridium etc…), leur magnitude, leur position dans le ciel, l’heure précise de leur apparition:

  • Heavens-above
  • Calsky

  • Une version logiciel:

  • PreviSat